guicher-distributeur-banque-piratage-impression3D Cybercriminalité

Piratage des distributeurs automatiques par impression 3D


Après la santé, l’automobile, la mode et l’architecture, l’impression 3D touche un nouveau domaine d’application : la cybercriminalité. Apparemment les voleurs de cartes de bancaires ont appris à maîtriser la technologie d’impression 3D pour créer de faux guichets automatiques afin de voler vos informations bancaires.

A Syndney en Australie, un groupe roumain de cybercriminels présumé a utilisé la technologie d’impression 3D et des fichiers de CAO pour designer et fabriquer des guichets automatiques bancaires. Après avoir constaté une augmentation du nombre de faux guichets automatiques, la police a créé un groupe de travail dédié en juin pour résoudre le problème. Au total, 15 distributeurs automatiques de billets ont été trouvés, et environ 100.000 dollars a été volé.

Le dispositif s'installe par-dessus le distributeur (crédit photo : Sema Geek)

Le dispositif s’installe par-dessus le distributeur (crédit photo : Sema Geek)

Ce type de dispositif astucieux a déjà été retrouvé sur un distributeur automatique en Californie, il s’installe directement par dessus le lecteur de carte en s’adaptant parfaitement à la fente. Là où la technologie d’impression 3D intervient, c’est dans la composition de cette façade factice, en effet elle comprend un lecteur de piste magnétique intégré permettant de lire les données magnétiques d’une carte bancaire insérée.

Souriez, vous êtes volés !

Afin de pouvoir également disposer du code PIN associé à la carte bancaire, le dispositif est équipé d’une micro caméra espion ( type pin hole) qui filme l’appui de vos doigts sur le clavier. Le système se déclenche automatiquement chaque fois qu’une carte est insérée et filme tout à travers un petit trou très discret. Les données magnétiques et vidéos sont ensuite sauvegardées dans un périphérique de stockage composé d’une mémoire flash et un slot micro-SD. Un connecteur discret permet aux cybercriminels de récupérer les données.

Une fois que l’appareil a enregistré la carte et le code PIN, une carte vierge peut être gravé avec ces informations afin de retirer de l’argent et faire des achats.

Ce système a été retrouvé aux Etats-Unis et en Australie où où il faut savoir que les cartes bancaires ne disposent que d’une piste magnétique et pas de puce contrairement à la France.

Le lecteur de piste magnétique (crédit photo : Sema Geek)

Le lecteur de piste magnétique (crédit photo : Sema Geek)

La micro-caméra espion filme quand vous tapez votre code PIN (crédit photo : Sema Geek)

La micro-caméra espion filme quand vous tapez votre code PIN (crédit photo : Sema Geek)

L'espace de stockage des données volées par le dispositif (crédit photo : Sema Geek)

L’espace de stockage des données volées par le dispositif (crédit photo : Sema Geek)

Le connecteur pour récupérer les données (crédit photo : Sema Geek)

Le connecteur pour récupérer les données (crédit photo : Sema Geek)

La batterie et l'électronique du dispositif (crédit photo : Sema Geek)

La batterie et l’électronique du dispositif (crédit photo : Sema Geek)

Sources : Smart Planet et Sema Geek


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>