Foodprinting

L’impression 3D au service des cocktails moléculaires


ThinkFoodGroup (société du célèbre chef José Andrés) et John Bush (spécialiste de la mécanique des fluides au MIT) se sont associés pour mettre au point deux garnitures spéciales à mettre dans vos cocktails : un bateau et une pipette en forme de nénuphar. Et cela avec un zest de science, deux doigts de cuisine moléculaire et trois gouttes d’impression 3D.

Boire un cocktail contenant un coléoptère aquatique (insecte invertébré) ou un nénuphar peut s’avérer déconcertant, mais dans le laboratoire de John Bush, spécialiste de la mécanique des fluides au MIT, et dans la cuisine de José Andrés, un innovateur culinaire bien connu et conférencier à Harvard, ces inspirations naturelles donnent lieu à un cocktail magique ! Le coléoptère aquatique se transforme en bateau de liqueur comestible et le nénuphar en élégante pipette floral qui capte et distribue de petites quantités de boissons.

Les deux garnitures reposent sur une propriété particulière du liquide : la tension de surface.

Le bateau cocktail

Le bateau cocktail en action

En effet, le bateau de cocktail comestible repose sur le même moyen de locomotion que les insectes aquatiques, il exploite l’effet Marangoni pour se propulser dans l’eau. C’est-à-dire que lorsque deux liquides de tensions de surface se rencontrent, un gradient est créé avec une force de propulsion vers le liquide de la tension plus élevée. Le bateau, d’une dimension d’environ 1,5 cm de diamètre, se compose de gélatine à la framboise et de la liqueur de sureau de Saint-Germain fait à l’aide d’un moule en silicone, lui-même fabriqué par une imprimante 3D. Lorsque le bateau est rempli avec de l’alcool, une petite entaille dans le dos lui permet de se propulser, car il dispense sa cargaison. Dans les expériences, l’équipe a constaté que le moteur du bateau le faisait avancer à une vitesse de 10 cm/sec avant de manquer de « carburant ».

La pipette de fleurs démontre le comportement inverse de son inspiration. Dans la nature, les fleurs aquatiques usent de forces capillaires pour prévenir toute fuite d’eau. Dans la version de cocktail, la pipette en forme de fleur est immergée dans le liquide, l’aspiration hydrostatique ferme alors la fleur tandis que la tension de surface à l’intérieur de la pipette empêche l’alcool de se répandre partout dans le buveur.

La pipette florale avec LED

La pipette florale avec LED

ThinkFoodGroup expérimente avec de la gélatine, de la gélose, des combinaisons de gomme de caroube et de la carraghénane pour créer une version comestible de la pipette qui se comporterait de manière similaire aux prototypes. Une version 3D imprimé de cette dernière contient même une LED dans le centre de la fleur.

La pipette floral peut être une nouvelle façon de nettoyer le palais entre les cours et le bateau comestible une méthode intéressante de verser différentes quantités de spiritueux aromatisées ou colorées. La collaboration entre scientifiques, gastronomes et makers a encore de beaux jours devant-elle !

Source : The Cocktail Hunter


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>