Les Boxtrolls Stop-motion

Les Boxtrolls font bonne impression 3D


Le studio d’animation Laika révèle les secrets de son utilisation de l’impression 3D de son film en stop-motion : Les Boxtrolls.

Après le court-métrage MonnGirl et les longs-métrages Coraline et ParaNorman, Laika se lance dans un nouveau film en stop-motion : Boxtrolls. Selon Brian McLean, le directeur de la création de prototype du studio, Laika est la première entreprise à associer l’ancienne technique d’animation de remplacement et l’impression 3D.

Qu’est-ce qu’un Boxtroll ?

Les Boxtrolls sont de petits trolls collectionneurs de déchets. Tout droit sortis de l’imagination de l’auteur et dessinateur anglais Alan Snow et parus pour la première fois en 2006 dans son roman d’aventures fantastiques Les Chroniques de Pont-aux-Rats (Here Be Monsters), les Boxtrolls sont de petits monstres vêtu de cartons.

Laika a récemment diffusé un teaser pour Les Boxtrolls qui révèle la passion et le travail du studio pour la fabrication de ces œuvres. Ils ont eu recours aux nouvelles technologies telles que la modélisation 3D et l’impression 3D pour ajouter plus de détails aux Boxtrolls.

Comme le montre la vidéo ci-dessus, chaque élément présent dans une scène a besoin d’être créé : les paysages, les villes, les personnages, les objets, etc. C’est un travail de titan et c’est là où l’impression 3D a de l’importance.

Impression 3d et stop-motion

En effet, Laika a conclu un partenariat avec 3D Systems pour utiliser son imprimante 3D ProJet 660Pro afin d’imprimer les modèles apparaissant dans le film. Cela permet alors à Laika intégrer un plus large éventail d’expressions pour ses personnages. Pour vous donner une idée, 20 000 visages ont été créés pour le film Coraline, contre 33 000 pour ParaNorman et plus de 52 000 pour les Boxtrolls.

Les Boxtrolls en impression 3D

Les Boxtrolls en impression 3D

Il ne s’agit là que des visages, car il est possible d’aller encore plus loin avec les expressions. En effet, d’après Cinecomca, alors que le personnage de Coraline posséde environ 200 000 expressions, Norman de ParaNorman en a en moyenne 1,4 million. Egg des Boxtrolls en possède environ autant que Norman, mais celles-ci sont encore plus travaillées au niveau des tensions, de la musculature et du volume. Grâce à l’impression 3D, chaque partie du visage des Boxtrolls est animée.

Petite révolution dans le domaine du stop-motion, l’impression 3D permet d’accélérer le processus d’animation et les détails, mais le stop-motion reste une forme d’animation complexe et chronophage. L’imprimante 3D ProJet 660Pro de 3D Systems a une capacité d’impression de 100 à 150 bouches par jour pour un personnage avec visage plutôt petit. Avec des visages plus grand, la quantité imprimée diminue considérablement : pour un personnage des Boxtrolls, il n’était possible d’en imprimer que 12 par jour.

Les bouches des Boxtrolls en impression 3D

Les bouches des Boxtrolls en impression 3D

Les Boxtrolls à imprimer à la maison

Laika a récemment mis à disposition un ensemble de fichiers d’impressions 3D pour permettre aux fans d’imprimer leurs propres Boxtrolls à la maison.

Sortie du film Les Boxtrolls prévue le 15 octobre en France.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>