Santé et bioprinting

FarmBot : la ferme de demain


Alors qu’en 2009 un milliard de personnes souffrent de la faim dans le monde, comment réussir à nourrir 9 milliards d’hommes en 2050 ? Rory Landon Aronson, un ingénieur californien, détient peut-être la réponse sous la forme d’une imprimante 3D : FarmBot.

Le défi de demain : nourrir les Hommes

Tout ce que nous mangeons est issu de la terre et l’agriculture a toujours été un enjeu majeur pour l’humanité. Selon un rapport publié en décembre dernier par le World Resources Institute, l’agriculture mondiale devra accroître sa production d’environ 60% pour répondre aux besoins alimentaires d’une population mondiale passant de 7 à 9 milliards d’ici 2050. Cet enjeu est d’autant plus grand que les chercheurs s’attendent à voir dans ces prochaines années des pénuries d’eau, de carburant, d’engrais et de terres cultivables.

Une des solutions envisagées pour répondre au défi alimentaire de demain, et qui jouerait également un rôle important dans l’agriculture durable, consiste à pratiquer une agriculture de précision qui utilise des outils technologiques tels que les drones. Cependant, cette agriculture de précision s’adresse uniquement aux fermes industrielles qui ont les moyens pour de tels investissements technologiques.

Roy Landon Aronson a eu l’idée d’associer à l’agriculture des technologies modernes, l’esprit maker et l’open data en créant, FarmBot, l’imprimante 3D de l’agriculture durable et de précision.

FarmBot : la ferme 2.0

FarmBot : la ferme 2.0

FarmBot : simple, évolutif et piratable

Aronson avait tout d’abord pensé cet appareil révolutionnaire en 2011, tout en étudiant en génie mécanique à Cal Poly San Luis Obispo. L’idée lui est venue en découvrant un nouveau tracteur qui pourrait détruire sélectivement les mauvaises herbes tout en laissant d’autres plantes intactes. Ce sont les humbles débuts de FarmBot.

Néanmoins, pour être exact, FarmBot n’est pas tout à fait une imprimante 3D, mais est très similaire à une fraiseuses CNC et les imprimantes 3D Cartesian. Comme Aronson le décrit dans son livre blanc : “FarmBot est à la fois une machine et un logiciel de précision automatisé, évolutif et open-source. ».

La machine se compose d’un cadre extensible qui utilise les axes X, Y, Z tout comme une imprimante 3D, mais peut à la place être équipé de capteurs et de tout autre dispositif nécessaires pour optimiser le rendement de l’agriculture, tels que un microcontrôleur Arduino et deux outils : un injecteur de semences et une buse d’arrosage. Il peut être dérivé en plusieurs tailles pour couvrir des surfaces allant de 1m2 à 50m2.

FarmBot fonctionne avec un logiciel qui est décrit comme « simple, évolutif et piratable », c’est-à-dire qu’il peut-être facilement modifié et complété par les utilisateurs. L’utilisation se veut simple. Les utilisateurs conçoivent leur ferme graphiquement sur la plateforme et téléchargent leurs spécifications numériques pour le matériel. Ainsi, la machine connaît la position exacte des cultures et peut réaliser de nombreuses opérations telles que la préparation du sol, le semis, l’arrosage, la fertilisation, le contrôle des mauvaises herbes, et l’acquisition de données. Le logiciel vise à couvrir l’ensemble du spectre de la production alimentaire, en minimalisant les coûts et en maximisant les compétences de la plantation proprement dite, l’arrosage et la récolte des cultures.

L’équipe de FarmBot est sur le point d’achever son premier prototype de machine, appelé FarmBot Genesis. FarmBot favorise ainsi l’expérimentation afin de développer de nouveaux logiciels et solutions d’agriculture de précision à travers des machines open source.

L’agriculture devrait devenir un vrai jeu d’enfant avec FarmBot. Découvrez cette « imprimante 3D » en marche dans la vidéo ci-dessous :

La gamifcation de l’agriculture : de Farmville à FarmBot

FarmBot entend prendre pour modèle Farmville pour une agriculture de précision en open source comme l’explique Manon Garnier sur l’Atelier. En effet, pour résumer, l’équipe qui se charge de la création de FarmBot envisage de travailler ensuite sur le développement de logiciels qui comprendront une interface « gamified » de la gestion des cultures. Roy Landon Aronson compare cette interface avec le populaire jeu en ligne Farmville.

L’objectif de ce Farmville 2.0 est de créer des kits de matériel afin de permettre aux agriculteurs de toutes tailles de créer de nouvelles activités liées à FarmBot. FarmBot Genesis poura s’adapter au « jardinier geek » par exemple. Mais l’objectif premier de FarmBot est de créer une technologie ouverte et accessible pour aider tout le monde à produire de la nourriture et à produire de la nourriture pour tout le monde. La mission est de développer une communauté qui réalise des plans de matériels, des logiciels, des données et de la documentation de façon libre et en open-source, permettant à chacun de construire et d’exploiter une machine agricole.

FarmBot et OpenFarm sur Kickstarter

Matériel et logiciel FarmBot sont en cours de construction, tandis que Aronson vient de lancer un Kickstarter pour développer OpenFarm, une base de données complète et gratuite de la connaissance de l’agriculture pour permettre à sa machine d’accéder aux données pratiques nécessaires. Le projet FarmBot vise lui-même son financement via une campagne Kickstarter pour début 2015.

Cette application très pratique de la technologie d’impression 3D pourrait donc être commencer à répondre au défi de demain : nourrir les hommes.