jrcr-6-1-31f3 Actu

Comment l’impression 3D va améliorer la Médecine : 1- la préparation chirurgicale


La Médecine est un des domaines d’activité les plus polymorphes. Elle se nourrit de toutes les les grandes innovations de son temps afin de s’améliorer constamment. Après les nanotechnologies ou encore les simulations 3D sur ordinateur, l’impression 3D a été une des dernières découvertes de notre ére à avoir été intégrée dans le champ de la Médecine morderne. Mais comment l’impression 3D va-t-elle transformer la Médecine ?

Au travers de plusieurs articles, je vais vous montrer tous les apports que cette fantastique nouvelle technologie peut tous nous apporter. Et je voulais commencer par vous parler de la préparation de l’acte chirurgical, une étape sous estimée par beaucoup de patient. C’est pourquoi je vais vous raconter l’histoire très intéressante d’une équipe de chirurgie qui a montré comment elle a réussi à préparer une chirurgie extrêmement compliquée en imprimant un modèle 3D de la tumeur à enlever…

En 2011, une petite fille de 6 ans consulte chez le Dr Chojnowski, orthopédiste à l’hopital de Norwich en Grande Bretagne. Elle est atteinte d’une maladie génétique qui se caractérise par des excroissances osseuses multiples. Et en particulier, une de ces excroissances de 7cm poussait au dépend de l’omoplate gauche. Elle était très doulureuse, imposait une restriction dans les mouvements du bras et comprimait le thorax. De plus, le risque que cette excroissance se transforme en cancer était réel. Il a donc été décidé d’enlever chirurgicalement cette masse.

jrcr-6-1-31f3

Malheureusement l’abord chirurgical était compliqué du fait de son grand volume, du fait des modifications de l’organisation locale des insertions musculaires sur l’os, etc. Il a donc été décidé après accord des parents de faire un modèle 3D de l’omoplate avec son excroissance. Pour cela, les images du scanner fait dans le cadre du bilan ont été utilisées.

jrcr-6-1-31f4

Le fichier DICOM généré par le scanner a été transformé en un fichier STL après différentes retouches pour exclure tous les tissus non désirés et en utilisant un algorithme de type « marching cubes ». A chaque étape du traitement informatique des données, le résultat était revu par une équipe multidisciplinaire composée d’un radiologue, d’un informaticien et d’un spécialiste de l’impression 3D. Il a finalement été obtenu une réplique de l’omoplate après impression avec un Zprinter 450. Les chirurgiens ont pu étudier cette pièce anatomique, comme jamais cela n’avait été possible avant. La chirurgie a eu lieu sans complication. En post opératoire les chirurgiens ont expliqué que leur approche chirurgicale avait été grandement améliorée par la visualisation de la compléxité du volume de la masse.

jrcr-6-1-31f6

Ce cas a permis de montrer la faisabilité d’une adaptation des images obtenues au travers d’une scanner afin de produire un modèle 3D du vivant adaptable à l’impression 3D. Enfin, ce cas a été le premier cas décrit de l’utilisation de l’impression 3D afin d’aider le chirurgien dans sa préparation préopératoire…

J’espère que vous aurez tous apprécié cette première vue sur les apports de l’impression 3D à la Médecine et j’attends vos commentaires ci dessous. Je me tiens à votre disposition pour toute question.

Référence :
3-D printout of a DICOM file to aid surgical planning in a 6 year old patient with a large scapular osteochondroma complicating congenital diaphyseal aclasia.
Tam MD, Laycock SD, Bell D, Chojnowski A. J Radiol Case Rep. 2012 Jan;6(1):31-7.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>